Le Chat déambule : une expo monumentale

Après avoir occupé les Champs-Élysées à Paris jusque début juin 2021, l’exposition des statues monumentales du Chat de Philippe Geluck s’est installée à Caen, après un passage par Bordeaux. D’autres villes accueilleront par la suite cette exposition originale et amusante. Son créateur nous a convié à le suivre là où ces statues de bronze sont fabriquées pour comprendre et assister aux diverses phases mises en œuvre. Suivez le guide !

Une fonderie conseillée par une Princesse

Pour trouver la fonderie où seraient réalisées les statues de son projet, Philippe Geluck a été conseillé par une amie artiste, Delphine Boel, devenue il y a peu Princesse de Belgique. Située à Alost, à une trentaine de kilomètres de Bruxelles, la Fonderie van Geert s’occupe de l’entièreté de la partie technique de la création des statues.

Philippe Geluck à la Fonderie van Geert © Marc Carlot / Agenda BD

De la statuette à la statue monumentale

L’idée des statues monumentales est venue à Philippe Geluck en 2018 suite à la défection de 2 sponsors qui devaient apporter quelque 2,5 millions d’euros au projet de Musée du Chat. La vente des statues, que l’on peut voir dans l’exposition itinérante, est une opération qui vient compenser cette perte de sponsoring. Au départ, rien n’indiquait qu’elles auraient un tel succès. Les bénéfices de cette vente iront intégralement au Musée du Chat et du dessin d’humour qui s’ouvrira en 2024-2025.

Les statues du Chat existe en 4 formats avec, à chaque fois, des tirages « originaux » différents. Hors de ces valeurs, les exemplaires sont considérés comme des copies et plus des originaux.

Les statues monumentales, hautes de 2,70 m avec leur socle, peuvent être tirées à 2 exemplaires + 1 exemplaire d’auteur. Actuellement, on commence à produire le 2e exemplaire de certaines des 20 statues visibles dans l’exposition itinérante, car, à ce jour, 21 exemplaires ont trouvé acquéreurs et leur propriétaire souhaite parfois déjà la récupérer. Quatre nouvelles statues sont actuellement en préparation. Les thèmes restent secrets, mais elles devraient rejoindre l’exposition itinérante une fois qu’elles auront été produites.

On peut produire 8 statues « originales » + 2 exemplaires d’auteur à la taille de la création originale en terre glaise, soit 50 cm.

Il existe aussi un modèle de taille moyenne (1,10 m) tiré à 4 + 2 exemplaires (maximum). Reste un petit format de 20 cm de haut produit en 50 exemplaires originaux.

Philippe Geluck explique l’étape de l’assemblage sur une statue de taille moyenne
© Marc Carlot / Agenda BD

Un travail d’équipe

Le coulage du bronze dans les sarcophages en plâtre réfractaire
© Marc Carlot / Agenda BD

Philippe Geluck aime rappeler que, s’il crée la statue initiale en terre glaise, les statues ne verraient pas le jour sans l’expertise et le talent de Jo van Geert et son équipe. A la fois artisan et artiste, le fondeur s’occupe de toutes les étapes de la création des statues dans tous les formats.

Un mois est nécessaire pour arriver à la statue finale de 2,70 m de haut. L’équipe de la Fonderie van Geert a travaillé d’arrache-pied pour réaliser les 20 statues en un temps record pour que tout soit prêt pour l’exposition sur les Champs-Élysées.

La patine des statues est obtenue en oxydant le bronze avec du nitrate de cuivre. Elle permet de conserver le bronze et de lui donner une couleur verte toute particulière. Des essais avec des statues patinées en polystyrène ont été réalisés sur les Champs-Élysées avant l’exposition pour vérifier l’effet que donneraient les véritables pièces un fois installées. Ceci a permis de choisir un vert « réséda », une couleur qui permettait de bien les faire ressortir devant les feuillages des arbres, même le soir. En effet, la couleur choisie initialement était plus foncée et les statues disparaissaient dans les feuillages dès le crépuscule.

Bientôt dans d’autres villes

© Marc Carlot / Agenda BD

L’expo Caen le Chat s’expose est à Caen jusqu’au 2 mars 2022. L’exposition partira ensuite pour Genève en Suisse. Elle poursuivra son parcours à Luxembourg.

D’autres villes ont également marqué leur intérêt : on parle de Milan, New York, Montréal, Abu Dhabi et Hasselt (B).

Bruxelles sera l’ultime étape pour l’ouverture du Musée du Chat et du dessin d’humour en 2024-2025.

Pour l’anecdote, signalons que le Musée ne pourra pas accueillir de statue monumentale dans ses murs, car elles sont trop grandes pour y être exposées. Il est probable que l’on y trouvera quelques exemplaires de taille moyenne (1,10m).

Le Chat déambule

Le Chat déambule est le titre donné au catalogue de l’exposition des statues du Chat. Philippe Geluck y raconte la genèse de ce grand projet et commente avec humour les thématiques abordées dans ses statues.

Une version actualisée vient de sortir chez Casterman.

Le chat déambule

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*